Accéder au panier
Comédie dramatique  Tulpan

Tulpan

Réalisateur : Sergey Dvortsevoy

Sortie en salle : 04-03-2009

Avec : Askhat Kuchinchirekov, Samal Yeslyamova

Fiche complète

Après avoir fait son service dans la marine, Asa revient dans les steppes kazhakes vivre
avec sa sœur
 et son beau-frère, un éleveur de moutons.
Asa rêve de cette vie simple : une famille, une yourte, un élevage.

D'abord, il faut qu'il se marie. Tulpan est la seule épouse possible, dans ce bout de désert.
Hélas,Tulpan ne veut pas de lui : elle trouve ses oreilles trop décollées.

Comédie dramatique  Tulpan

Tulpan

Réalisateur : Sergey Dvortsevoy

Sortie en salle : 04-03-2009

Avec :
Askhat Kuchinchirekov, Samal Yeslyamova
Voir tous les acteurs


Bande annonce
Fiche artistique et technique

  • Suisse, Italie, Pologne, Russie, Kazakhstan, Allemagne
  • 2008
  • 100 min
  • 1.85
  • Dolby SRD
  • Visa n°122.667


Synopsis

Après avoir fait son service dans la marine, Asa revient dans les steppes kazhakes vivre
avec sa sœur
 et son beau-frère, un éleveur de moutons.
Asa rêve de cette vie simple : une famille, une yourte, un élevage.

D'abord, il faut qu'il se marie. Tulpan est la seule épouse possible, dans ce bout de désert.
Hélas,Tulpan ne veut pas de lui : elle trouve ses oreilles trop décollées.



Critiques presse

La mise en scène manifeste une telle volupté, une telle allégresse, une telle tendresse et une telle intimité qu'il finit par nous emporter. Sublime. : Les Inrocks

Un film à la beauté sauvage. : Télérama

Tulpan, apologie virtuose de la patience et de l'inconfort, vit au-delà de sa steppe : Les Cahiers du Cinéma

Un voyage dépaysant et plein de saveurs. : Le Figaroscope

Des couleurs parfois surnaturelles, d'âpres plans-séquences, de très beaux passages animaliers. : Le Monde

Un film profondément organique qui semble animé par une énergie qui lui est propre. : Positif

Sous ses airs de fable sentimentale, un brillant décryptage du monde actuel et de ses profonds bouleversements : Première

Une poésie lyrique, une beauté douce que le cinéma moderne ne pratique plus guère. : TéléCinéObs